Analyse des RPS (Risques Psycho-sociaux)

Présentation rapide du concept d'ergostressie
=
fatigue physique + fatigue mentale + stress + plaisir


Comment mesurer la charge de travail et la pénibilité dans la société de l'information?

On peut repérer 12 évolutions du travail et des métiers dans la société de l'information, qui nous obligent à modifier et compléter nos méthodes actuelles de mesure du travail et de la pénibilité et de lutte contre les RPS (Risques Psycho-Sociaux). Nous allons :

1) Vers un travail de plus en plus ABSTRAIT: le travail s'effectue sur la représentation de la réalité apparaissant sur l'écran informatique et non plus sur la réalité.
2) Vers un travail de plus en plus INTERACTIF.
3) Vers un travail exigeant une gestion de l'ABONDANCE de plus en plus complexe.
4) Vers un travail exigeant une GESTION DU TEMPS et de la CHRONOPHAGIE de plus en plus délicate.
5) Vers un travail sur des systèmes de plus en plus VULNÉRABLES.
6) Vers un travail en LOGIQUE CONTRACTUELLE
7) Vers un travail en QUALITÉ "TENDUE".
8) Vers un travail en RESEAUX et EQUPES VIRTUELLES.
9) Vers un travail exigeant une GESTION DE L'ESPACE et du NOMADISME de plus en plus délicate.
10) Vers un travail exigeant la gestion de la TRANSPARENCE et de l'INSTANTANEITE.
11) Vers un travail exigeant de plus en plus d'AUTONOMIE et de CONTROLES.
12) Vers une CYBER HIERARCHIE

Ces 12 évolutions sont décrites en détail dans le livre "Qualité de vie et Santé au travail" de Yves Lasfargue et du Dr Pierre Mathevon, médecin du travail.

Elles sont ressenties de manière très contradictoire selon les individus. Pour beaucoup de personnes elles sont sources de plaisir et sont jugées comme étant positives, qualifiantes et valorisantes. Pour d'autres elles sont sources d'exclusion. L'analyse détaillée de ces évolutions a mis en lumière les différences essentielles entre le travail dans la société de l'information et le travail dans la société industrielle.

L'analyse détaillée de ces évolutions a mis en lumière les différences essentielles entre le travail dans la société de l'information et le travail dans la société industrielle.

Dans la société industrielle:
- Le travail, c'est d'abord de la fatigue physique. Toute réflexion sur les conditions de travail est dominée par la notion de fatigue physique, et la plupart des efforts pour améliorer les conditions de travail portent sur des facteurs physiques. On cherche à diminuer le temps de travail (car on estime que la fatigue physique est proportionnelle au temps de travail), on cherche à améliorer l'environnement physique (chaleur, bruits, poussières,…), on cherche à améliorer la sécurité physique (réduire les accidents du travail), on cherche à supprimer les travaux pénibles (mécanisation, automatisation).

Dans la société de l'information: charge mentale, stress et plaisir

- Les frontières entre les activités tendent à s'estomper car l'utilisation des mêmes T.I.C. (Technologies de l'Information et de la Communication) se généralise et la matière première "informations numérisées" est identique pour beaucoup d'activités.
- Le travail, c'est encore de la fatigue physique, mais c'est aussi beaucoup de fatigue mentale, de stress et aussi de plaisir. Ces trois dimensions n'étaient pas absentes des travaux de la société industrielle car comme le disent les ergonomes : "Il n'existe pas de travaux manuels, il n'existe que des travaux induisant à la fois des charges physiques et des charges mentales". Mais charge mentale, stress, ennui et plaisir occupent aujourd'hui, dans les préoccupations des salariés lors des enquêtes sur les conditions de travail, une place qu'ils n'avaient pas auparavant. La société industrielle ne va pas disparaître mais devra cohabiter avec la société de l'information, et cela nous conduit à penser que la réussite de la mise en place de la société de l'information va exiger une évolution considérable des rapports sociaux sur de nombreux points, en particulier dans la mesure du travail.

Continuer à mesurer le travail seulement par des minutes, des heures ou des jours serait la même erreur que de continuer à mesurer la nourriture seulement par son poids ou mesurer le danger de la radioactivité par le volume d'uranium.

En réalité, on constate que la nourriture est mesurée par son poids, mais aussi par son nombre de calories; de même, le danger de la radioactivité n'est pas mesuré par le volume d'uranium, mais par la dose absorbée exprimée en " grays".

haut de page

Nécessité de mesurer le travail en 3 D pour évaluer la pénibilité

Pour mesurer le travail , nous pensons qu'il faudra mesurer le travail en 3 D en utilisant 3 nouveaux indicateurs venant compléter l'indicateur "Temps de travail contractuel".

La pénibilité et le bien - être au travail résultent de la combinaison de ces 3 indicateurs.


1 - Indicateur "Temps complet de travail" : Cet indicateur va permettre d'évaluer la somme des temps de travail "directs" et des temps de travail "indirects" ou "induits". Ces derniers tendent à devenir de plus en plus importants avec l'interpénétration vie professionnelle et vie privée , liée à l'utilisation des outils mobiles. Dans les activités professionnelles, il faut apprendre à mesurer le"temps de travail complet" : de même qu'en gestion, on calcule le coût direct et le coût complet, dans les rapports sociaux il est important de calculer le "temps de travail direct" et le "temps de travail complet".

2 - Indicateur "Répartition des temps d'activités" : cet indicateur va permettre d'évaluer l'équilibre "Temps professionnels / temps sociaux / temps familiaux et domestiques / temps personnels".

Graphique de calcul du "temps de travail complet"  et de répartition des activités
L'équilibre  entre ces activités est-il satisfaisant ? Pour l'individu concerné ? Pour ses proches ?
On voit que le raisonnement en partant de la mesure des temps est nécessaire, mais qu'il doit être complété par l'analyse de l'ergostressie ?

3 - Indicateur de "Charge de travail ressentie" ou "ERGOSTRESSIE" : c'est un indicateur des effets de la charge de travail sur la "fatigue" . L'ERGOSTRESSIE est la combinaison "fatigue physique + fatigue mentale + stress +plaisir" et permet de mesurer la charge de travail ressentie.

 
Principe de mesure de l'ergostressie

haut de page

Trois outils de formation

Pour aider chaque salarié(e) à être LUCIDE sur son temps et ses conditions de travail, nous avons mis au point trois outils : un livre de formation et de réflexion,un kit de mesure, une suite logicielle

 

Livre de formation et de réflexion


"Qualité de vie et santé au travail"

de Yves LASFARGUE et Pierre MATHEVON, médecin du travail.

Un guide pour le management et la négociation des conditions de travail dans la société de l'information

OCTARES Editions - Toulouse - 2008 ISBN : 978-2-915346-57-2 302 pages

Pour manager, DRH, membre du CHS-CT, salarié(e)s intéressés par l'amélioration de la qualité de vie au travail

Présentation complète du livre sur http://conditionsdetravail.free.fr

 

Kit de mesure de la pénibilité dans la société de l'information

Il permet à chacun de dresser son "Tableau de bord des conditions de travail de vie", outil indispensable pour concevoir des actions individuelles et surtout collectives d'amélioration des conditions de travail.

Kit de mesure de la pénibilité dans la société de l'information
(brochure téléchar
geable en PDF)



Suite logicielle LUCIDITE 1, 2, 3 ©

La suite logicielle LUCIDITE 1, 2, 3 © permet de réaliser un certain nombre de tests de manière interactive directement sur Internet.

 


(Voir la liste des articles de presse récents qui parlent d'ergostressie)