20 Juillet 2008

" Ce n'est pas parce qu'il y a une salle de gym qu'il fait bon travailler. "

Les conditions de travail sont-elles devenues un sujet à la mode ?

Avant l'avènement du tout technologique et des services, les conditions de travail étaient intimement liées aux accidents de travail. Elles concernent désormais des aspects plus psychologiques. On s'est rendu compte, notamment l'an dernier après une série spectaculaire de suicides, que le taux de stress était parfois extrêmement important dans les entreprises. D'autre part, le développement durable est à la mode.Et la gestion sociale y participe. Les entreprises ont donc envie de faire apparaître qu'elles sont à la pointe dans ce domaine.

Google est lauréat du classement de Great Place to Work. Est-ce que cela signifie que les méthodes de management en faveur des salariés proviennent des États-Unis ?

Tout d'abord, je n'ai jamais vu un seul accord social signé chez Google.

Et puis, le fonctionnement des entreprises anglo-saxonnes repose sur la gestion par objectifs. Quand ces entreprises sont en pleine expansion, comme c'est le cas pour celles qui sont dans ce classement, c'est supportable. Quand elles commencent à rencontrer des difficultés économiques, ça devient rapidement insupportable pour les salariés.

Enfin, la manière dont sont perçues les conditions de travail dépend énormément de la culture du pays. Les Français, par exemple, sont très attachés affectivement à leur entreprise. Beaucoup plus que les autres Européens.

La grille de lecture ne peut donc pas être la même d'un pays à l'autre.

Quelle importance peut-on accorder à ce classement ?

Il participe de cette tendance positive qui fait s'interroger les entreprises sur leurs conditions de travail. Ça devient petit à petit quelque chose d'important dans le discours.

C'est une avancée, certes, mais elle ne résout pas tout.

Ce n'est pas parce qu'il y a une salle de gym dans l'entreprise qu'il fait bon y travailler. Et puis, il faut bien comprendre qu'il n'y a pas une ambiance générale d'une entreprise. C'est très localisé.

On ne peut améliorer les conditions de travail que service par service.

PROPOS RECUEILLIS PAR J.-F. S.

* L'ergostressie est la combinaison entre fatigue physique et mentale, stress et plaisir.Elle permet de mesurer la charge de travail ressentie.

Yves Lasfargue est coauteur du livre " Qualité de vie et santé au travail ", Octares Éditions.

 

 

Article paru dans La Voix du Nord du 20 juillet 2008
à propos du classement "Great Place to Work"

 



 

haut de page