Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter et sur BLOG sur le télétravail


FICHE N°9 :
CONSEILS AUX ENTREPRISES
QUI VEULENT LANCER LE PROJET TÉLÉTRAVAIL.
Les 12 conditions de la réussite du télétravail

Quelles bonnes pratiques?


En répondant aux sondages, les responsables d'entreprises sont, en général, très favorables au développement du télétravail.

Dans la réalité ce développement est relativement faible puisque plus de 6 ans après l'Accord National Interprofessionnel (ANI) sur le télétravail du 19 juillet 2005, 40 à 50 entreprises seulement ont signé un accord sur le télétravail. (voir fiche 5).

En complément des "12 conditions de réussite du télétravail pour le salarié" (voir fiche 7), nous avons dressé une liste des " bonnes pratiques " mises en valeur par les télétravailleuses et télétravailleurs ayant participé à l'enquête.

Ces " bonnes pratiques " sont souvent communes avec celles qui concernent la mise en place de n'importe quelle nouvelle organisation.

Mais la mise en place de cette nouvelle organisation du travail doit tenir compte des SPECIFICITES du télétravail:difficultés pour calculer la RENTABILITE,nécessité de CONFIANCE réciproque,risque de disparition du LIEN SOCIAL, double VOLONTARIAT, REVERSIBILITE, CONTRACTUALISATION.

  • c'est une organisation du travail pour laquelle le calcul de RENTABILITE économique est délicat (condition n°1)
  • c'est une organisation du travail qui exige de la CONFIANCE réciproque (conditions n°2)
  • c'est une organisation du travail qui risque de faire décroitre le lien social (condition n°3 et n°8)
  • c'est une organisation du travail qui exige que le SALARIE soit VOLONTAIRE : c'est dire qu'il faut une adhésion au projet de la part du salarié qui sera facilitée par l'existence d'un accord collectif et d'un CONTRAT individuel (conditions n°6 et 12) prévoyant le REVERSIBILITE
  • c'est une organisation qui exige que l'ENTREPRISE et le MANAGEMENT soient VOLONTAIRES : c'est dire qu'il faut une adhésion de tout le management au projet (conditions n°4, 5, 7 et 12)
  • c'est une organisation qui doit prévenir le risque d'ARBITRAIRE dans le choix des salariés (conditions n°10, 11 et 12)
ENTREPRISES ET PROJET TELETRAVAIL:
Les 12 conditions de la réussite du télétravail

1 - L'entreprise doit être pleinement convaincue que l'amélioration de la qualité de vie au travail et hors travail des salariés est une source d'augmentation de la productivité

Pour le moment peu d'entreprises sont assez convaincues de l'intérêt du télétravail pour le considérer comme une organisation intéressante : l'impression donnée par certains accords d'entreprise, et la pratique quotidienne, est que le télétravail est " supporté " pour " faire plaisir " à certains salariés. Il est vrai qu'il n'existe pas encore de méthode de calcul du ROI ou RSI (Retour sur Investissement) du télétravail et les discours des prophètes du télétravail sont trop excessifs pour être crédibles.

Ce que montre les enquêtes OBERGO, c'est que le télétravail est source : " d'amélioration de la qualité de vie dans le travail et hors travail de la majorité des télétravailleurs qui ont choisi cette organisation " d'amélioration de la qualité du travail accompli en télétravail.

Evidemment cela ne suffit pas à être certain du RSI du télétravail : tant que l'entreprise n'est pas persuadée que cette nouvelle organisation est intéressante et pour elle et pour les salariés, il vaut mieux qu'elle ne lance pas le projet "télétravail ".

2 - Admettre que cette organisation du travail repose sur la confiance réciproque entreprise/salarié(e)

Cette nécessité de confiance réciproque est constamment rappelée par les intéressés, qu'ils soient télétravailleurs ou managers de télétravailleurs. Elle est d'ailleurs souvent rappelée dans les accords d'entreprise sur le télétravail. C'est évidemment le principal obstacle à la réussite du télétravail : la confiance dans les rapports sociaux est peu répandue.

3 - Prendre les moyens de maintenir le lien social : nécessité du télétravail à temps partiel (ne pas dépasser 3 jours par semaine)

Cette condition de réussite est la même que celle qui concerne les salariés (conditions de réussite n°4).

L'évolution des relations avec les collègues se détériore quand le télétravail dépasse 3 jours par semaine (OBERGO 2011/2012) :

- 1 jour/semaine : 14% pensent que l'évolution des relations avec les collègues est défavorable
- 2 ou 3 jours/semaine : 14% pensent que l'évolution des relations avec les collègues est défavorable - 4 jours ou plus/semaine : 27% pensent que l'évolution des relations avec les collègues est défavorable

Cela veut dire qu'il faut privilégier le télétravail à temps partiel ne dépassant pas 3 jours par semaine.

4 - Gérer la mise en place de cette nouvelle organisation

La mise en place de cette nouvelle organisation doit être gérée comme celle des autres changements : il faut organiser un projet avec une équipe projet avec des moyens et des objectifs précis et … limités.

5 - Informer et convaincre toute la ligne hiérarchique sur les raisons et objectifs du changement

Le télétravail, s'il est décidé par la direction, doit être un projet d'entreprise connus et compris par tous. Il est très étonnant d'entendre dire que les " managers intermédiaires " ou les " petits chefs " s'opposent au télétravail et sont les véritables freins au développement du télétravail: leurs réticences ne sont que le reflet, le plus souvent, du fait que la direction de l'entreprise est peu convaincue de l'intérêt du télétravail.

6 - Négocier un accord d'entreprise sur le télétravail

Si elle respecte les modalités prévues par l'Accord National Interprofessionnel (ANI) sur le télétravail de 2005 l'entreprise peut lancer un projet de télétravail (après information et consultation du Comité d'Entreprise) sans signer d'accord d'entreprise spécifique.

En fait, il est beaucoup plus intéressant qu'elle signe un accord d'entreprise avec les organisations syndicales afin d'adapter et surtout de préciser les modalités de l'accord national. Cela lui permet d'éviter l'arbitraire en mettant au point un " avenant télétravail " au contrat de travail valable pour toute l'entreprise ; règles d'éligibilité des salariés et des emplois au télétravail, motifs d'acceptation et de refus, modalités de participation financière aux frais du télétravail à domicile, … (voir fiche 5)

En effet un accord d'entreprise n'est pas obligatoire mais un avenant individuel est obligatoire pour chaque télétravailleur (voir fiche 6).

En laissant télétravailler des salariés n'ayant pas signé d'avenant " télétravail " l'entreprise prend de grands risques juridiques : accidents du travail, travail dissimulé, dépassement d'horaires, …

7 - Concevoir et mettre en place de nouvelles méthodes de management et de nouvelles procédures

La gestion à distance exige à la fois de nouvelles méthodes de management et de nouvelles procédures :

" Méthode de management à distance permettant de maintenir le lien social : gestion par objectif, règles de répartition des jours de télétravail dans un même service et de fixation des plages de disponibilité, rendez-vous téléphoniques, utilisation de la webcam, téléconférence, … "

" Nouvelles procédures : transmission des données, règles de fixation des réunions, règles de confidentialité, règles de sécurité informatique et de lutte contre la cybercriminalité, …

Ces méthodes et procédures sont parfois bien connues des services ayant l'habitude de travailler à distance (services commerciaux par exemple) mais souvent ignorées des autres services.

7 - Mettre en places des formations

La réussite de tout changement exige des formations : pour le télétravail il s'agit de prévoir des formations pour tous : la ligne hiérarchique, les télétravailleurs et leurs collègues.

8 - Reconnaître les particularités du " travail nomade " et du " télétravail occasionnel "

De plus en plus, le télétravail " traditionnel " envisagé dans la plupart des accords (1, 2 ,3 ou parfois 4 jours par semaine de manière régulière) ne sera qu'un des aspects du télétravail (voir fiche 1 - les différents types de télétravail). L'entreprise doit traiter aussi les problèmes soulevés par le " travail nomade " ou le " télétravail occasionnel " sinon vont se multiplier encore plus qu'aujourd'hui les situations ambiguës de " télétravail noir ".

9 - Justifier et expliquer que le télétravail n'est pas adapté à tous les métiers

Le télétravail est séduisant et les demandes de télétravail seront de plus en plus nombreuses venant de la part des salariés.

Toutes ne peuvent et ne doivent être satisfaites bien que la possibilité de " faire du télétravail " deviendra peu à peu ressenti comme un " droit " chez certains.Les raisons d'un refus peuvent être nombreuses et pour éviter tout sentiment d'arbitraire doivent clairement être expliquées par l'entreprise.

Cela veut dire que : - la liste des emplois " télétravaillables " doit être connue de tous.

C'est ainsi que certains accords dressent la liste des critères "excluant " certains emplois. - les critères d'éligibilité d'un salarié au télétravail doivent aussi être connus. (voir condition n°11 ci-après) - S'il existe des " quotas " de télétravailleurs à ne pas dépasser dans un même service, ces quotas doivent être publiés et déterminés à l'avance.

11 - Aider les salariés à comprendre que le télétravail n'est pas adapté à tous les salariés …

Le télétravail est séduisant et les demandes de télétravail seront de plus en plus nombreuses venant de la part des salariés. Cela est d'autant plus vrai quand les conditions de travail " au bureau " se détériorent : le développement de l'open space et des " bureaux flexibles partagés " induise des demandes de télétravail dont le but et de permettre au salarié de fuir ces conditions de travail détestables. Toutes les demandes ne peuvent et ne doivent être satisfaites soit du fait du métier (voir condition n°10), soit du fait du salarié. Les raisons d'un refus peuvent être nombreuses et pour éviter tout sentiment d'arbitraire doivent clairement être expliquées par l'entreprise. Cela veut dire que les critères d'éligibilité d'un salarié au télétravail doivent aussi être connus. Cela veut dire aussi que l'entreprise doit aider le salarié à être lucide sur les " 12 conditions de réussite du télétravail " présentées dans le chapitre précédent.

12 - … mais reconnaître que le télétravail n'est ni une récompense, ni un privilège réservés à certains.

Il faut se rappeler en permanence que le télétravail est une méthode d'organisation du travail : ce n'est pas un outil de récompense accordé à certains et refusé aux autres.